Randos du Vendredi

« Marche tranquille, exercices de mobilisation physique, observation du milieu, convivialité.»
 

Tarifs : 70 euros pour les 6 sorties ou 14 euros pour une sortie.   

 Retrouvez ici le programme en pdf 

Retrouvez ici la fiche d’inscription

Retour sur la rando "Réserve Naturelle de Sainte-Victoire"

Belle boucle en direction de la crète de marbre, en bordure de la réserve naturelle de 140 hectares qui est un trésor paléontologique avec ses oeufs et squelettes de dinosaures. Et bien sûr les émotions des peintures de Cézanne ravivées par la Sainte-Victoire vivante devant nous en grandeur nature.  

Sans oublier les exercices d’échauffement et d’étirements pour bien préparer le corps, nous n’avons pas mis beaucoup de temps à nous laisser capter par la magie des lieux. Les thèmes choisis étaient l’eau, le marbre et les dinosaures. La première pause se déroule dans une toile de Cézanne, nous philosophons sur l’importance de résonner et pas seulement raisonner puis nous prenons la direction de la crête de marbre pour observer ces congloméras multicolores  caractéristiques  « le marbre de Sainte-Victoire » avant de longer une réserve naturelle qui recèle un trésor paléontologique exceptionnel et une faune et une flore maintenant préservées.   Nous évoquons les 7 familles de mésanges et observons un oiseau migrateur « le rougequeue noir » qui nous rejoint en fin de séance lors des étirements. 

« Merci pour cette magnifique randonnée ! Toujours un grand bonheur de traverser ces endroits mythiques » MR

« Une très belle randonnée, magnifique paysage et la beauté de la sainte victoire écrite dans le marbre » SF

« Merci à vous tous pour cette belle matinée » MJ

Merci à MD pour les magnifiques photos de la Sainte victoire et du marbre … 

Coin photos ... nature

« « La nature est à l’intérieur », dit Cézanne. Qualité, lumière, couleur, profondeur, qui sont là-bas devant nous, n’y sont que parce qu’elles éveillent un écho dans notre corps, parce qu’il leur fait accueil. »  Extrait de l’œil et l’esprit de Merlau-Ponty dans ses derniers écrits lors d’un séjour au Tholonet.